Notice: La fonction WP_Scripts::localize a été appelée de façon incorrecte. Le paramètre $l10n doit être un tableau. Pour transmettre des données arbitraires aux scripts, utilisez plutôt la fonction wp_add_inline_script(). Veuillez lire Débogage dans WordPress (en) pour plus d’informations. (Ce message a été ajouté à la version 5.7.0.) in /home/flyingcakq/defimode/wp-includes/functions.php on line 5831
Un mannequin virtuel, la solution proposée par Thomas Pastor

Un mannequin virtuel, la solution proposée par Thomas Pastor

Devenues une partie intégrante des industries cinématographiques, les images intégrant des êtres humain de synthèse 3D sont de plus en plus utilisées dans la publicité. Une opportunité pour Thomas Pastor, créateur spécialisé dans les effets spéciaux, qui a conçu Lisa, un mannequin virtuel pour réduire le coût des shootings photos. Le DEFI a eu le privilège de le rencontrer.

« Le virtuel ne va pas remplacer la mode. C’est additionnel pour faire des promotions et mettre en avant le savoir-faire français » précise Thomas Pastor au début de notre entretien. Sa solution Lisa est proposée aux nouveaux créateurs pour les accompagner en créant de belles images en 2D et en 3D. Un concept lancé il y a dix ans, beaucoup trop tôt selon lui : « Les technologies n’étaient pas assez sophistiquées et les gens n’étaient pas prêts. » En s’inspirant des shootings des marques automobiles qui utilisent les images numériques, il avait eu l’idée de concevoir un être humain de synthèse (Digital Human Replacement).

Sa longue expérience dans l’industrie du cinéma, dans la publicité (il a travaillé sur un projet pour Patek Philips) et dans les effets spéciaux (il a travaillé sur les dragons de la série Game of Thrones) lui a donné les outils pour réfléchir à un mannequin : « Je mettais une semaine pour sortir une image au début, l’image était trop lourd. Aujourd’hui, je mets une demi-journée pour la sortir, les technologies et les logiciels sont plus avancés qu’à l’époque. » Une solution qui a intéressé de nombreuses marques surtout en pleine période de pandémie.

Cette solution permet de s’adapter en fonction des différents marchés mais aussi de tester la popularité des produits avant leur entrée : « Le but de la 3D est de vendre le prototypage qui a été créé […] Avec la Tesla par exemple, les gens achètent un produit virtuel. »

Quelles sont les options qu’il propose ?

Trois solutions sont à la disposition des entreprises :

  • Une première option : remplacement de visages. remplacement de visages avec maquillage. Une solution utile puisque le remplacement d’un visage permet de faire sauter les droits d’auteurs. Il faut compter un délai de 2-3 jours pour le processus.
Option 1 – Thomas Pastor©
  • Une deuxième option : remplacement de visages + rajout de cheveux et maquillage. Cela compte un délai de 6-7 jours.
Option 2 – Thomas Pastor©
  • Une troisième option : remplacement de visages + rajout de cheveux et maquillage + création du vêtement en 3D. Selon Thomas Pastor, il est plus facile de créer un vêtement. A partir des patrons, l’habit est créé, il est gris, la matière est choisie et il y a possibilité de rajouter du mouvement et de la texture.
Option 3 – Thomas Pastor©

Aujourd’hui, Thomas Pastor travaille sur un deuxième mannequin plus européen car Lisa est eurasienne.

La version qu’il utilise est la huitième sur laquelle il a travaillé et qui est protégée.  Le but ultime est de créer une égérie pour une marque prestigieuse, un mannequin qui ne s’épuise jamais, qui traverse le temps sans jamais vieillir pour toujours Si on reconnaît le caractère synthétique sur le visage, c’est parce qu’il s’agit d’un choix du créateur qui selon lui aide à mieux accepter le fait qu’il s’agisse avant tout d’un être humain digital.

Pour aller sur le site de la start-up : tompastor.com

Pour suivre le compte Instagram : @lisa_gen_paris_

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This